Semaine du 21mars

Une fatigante semaine de travail ! Je ne me rappelle pas avoir fait autant d'efforts intenses et continus depuis les années de préparations et de concours qui suivirent le Bac. Mais à l'époque mon cerveau, plus jeune, absorbait les nouvelles connaissances comme Gargantua ses repas quotidiens.

Il n'en est plus de même maintenant. Effet de l'âge, et également perte de l'habitude, en des proportions que je préfère ne pas élucider. L'acquisition de connaissances est plus laborieuses. Les 4 heures de cours quotidiennes génèrent autant, sinon plus, de travail personnel. L'après midi y est consacrée, et, depuis la semaine dernière, j'ai également abandonné les sorties nocturnes pour pouvoir travailler un peu le soir, me coucher tôt, et reprendre l'étude le matin.

Heureusement les cours sont concentrés sur 3 jours, laissant 4 journées de liberté. J'ai décidé de m'en octroyer une complète de détente : randonnée, promenade,.... Et de réserver les trois dernières pour des révisions à un rythme un peu plus modéré, n'interdisant pas les sorties nocturnes.

Le dernier cours de la semaine coïncide avec l'arrivée du printemps. Mais ce n'est pas uniquement un repère calendaire : la température a enfin consenti à monter un peu depuis quelques jours. 5 à 6 degrés de plus, mais cela change tout : il ne gèle plus la nuit, et je peux abandonner la polaire une bonne partie de la journée. C'est bon pour le moral, et c'est bon aussi pour le travail.

La première détente de la journée, s'est passée avec la souriante et adorable Eva (Huï Fän)

Ayant appris en effet que je payais 50 € par mois pour louer un vélo, elle a proposé de m'accompagner pour.... En acheter un ! Nous avons donc fait les boutiques vélocipédiques. Et le choix est tombé sur un superbe VTT, 24 vitesses, freins à disques, dérailleur Shimano...Assez léger, pour la somme faramineuse de..... 60 € (après il est vrai une belle négociation de la part d'Eva) L'équivalent en France coûterait entre 400 et 500 € ! Et avec ça je peux grimper l'Himalaya, enfin une partie.

Il sera amorti en un mois de location !!! Et même moins si j'arrive à le revendre à la fin du séjour. Sinon Eva m'a proposé de le garder en pension, et je pourrais le retrouver lors de ma prochaine venue. Bon je dois acheter en plus quelques outils, un peu d'huile, un antivol, une pompe, mais là aussi les coûts sont dérisoires....Évidement Eva a eu droit à une énorme boîte de chocolats, plus une invitation à dîner.

Demain matin Mansel, mon condisciple américain vient me rejoindre. Nous avons décidé de nous offrir, pour nous vider la tête, une bonne randonnée, bien exigeante physiquement. Comme écrivait Rabelais : Mens sana in corpore sano....


Il y a toujours des surprises en Chine ! Avant d'aller dîner chez Mama Naxi, je décide de m'offrir une bière au bistrot musique où j'ai quasiment un rond de serviette. Et hop me volilà invité à dîner. Sympathique repas Coréen et Chinois ! Heureusement plusieurs des convives ne se limitent pas à ces langues mais pratiquent aussi un bon Anglais !

La matinée suivante est en principe plus calme. Mais c'est compter sans la présence quasi permanente de Fiona à l'école ! Je la soupçonne d'avoir les dents qui rayent le plancher (vu sa taille ce n'est pas difficile!) car elle travaille beaucoup et semble s'occuper de tout. A la place de la Directrice, beaucoup plus « relax » Je me ferais du souci. Il est vrai que Fiona est une Naxi et la réputation des femmes Naxi n'est pas usurpée : bosseuses, volontaires, autoritaires et dominatrices.... En tout cas elle semble m'avoir pris sous son aile (vu sa taille c'est un exploit) peut être par respect pour la somme de travail qu'elle me voit abattre. Ce qui fait que tous les matins j'ai droit à une rafale de questions et d'interrogations en Chinois. Dur dur au réveil, mais finalement merci Fiona ! Cela me fait un bien fou...

Mais ensuite il n'est pas question d'abandonner notre journée de détente. Mansel et moi abandonnons l'idée de la rando en montagne car le temps est menaçant. A la place nous prenons le bus pour Baisha. Et là j'ai droit à un autre type de leçon : comment négocier les prix ! Mansel souhaite s'acheter quelques pièces artisanales particulièrement intéressantes ici. Or Mansel est d'origine Palestino-Jordanienne (et non Lybienne comme je l'avais cru) et la négociation c'est évidemment sa culture ! Assez drôle d'être le spectateur d'une négociation entre lui et une femme Naxi ! Et je dois reconnaître qu'il est très bon.... Il arrive à diviser le premier prix (folklorique il est vrai) par 5 ou 6.... Impressionnant.

Ensuite nous allons nous faire offrir un thé par Iris à l'école de broderie. Elle présente encore de nouvelles pièces, toutes plus belles les unes que les autres. Et sa mémoire est toujours impressionnante : je ne l'ai pas vue depuis 10 jours, mais elle constate que j'ai changé de polaire ! Oui Iris aussi est Naxi....

Et bien sur au retour, nouvelles rafales de questions en Chinois... Fiona est toujours là et même Eva, pourtant habituellement plus discrète, s'en mêle.... J'adore être tourmenté par les femmes.


在建 德尼斯