Vendredi 31 mai au dimanche deux juin 2013

Deux grands vrais lits..... Le bonheur tient à peu de choses ! Nous n'avons pourtant pas si bien dormi que cela : sommeil troublé par trop de fatigue et de crampes à effacer ? Couettes un peu trop rêches (deviendrait-on pinailleurs?)



Pourtant l'hôtel semble quasi neuf, silencieux hormis les vols fugaces des hirondelles qui viennent nous saluer à la fenêtre.

Il dispose d'une immense terrasse que nous transformons sans vergogne en salle à manger personnelle : le camping gaz ne fait pas partie des objets volés et nous avons pu acheter une casserole à la boutique du bas. Cette fois la soupe au nouilles peut s'agrémenter de fruits et légumes frais aux saveurs plus qu'authentiques.

Terrasse







De la haut nous jouissons d'une vue magnifique sur le village, le petit lac et l'environnement de vergers et collines. Le ciel, souvent chargé, crée pour nous des écrins de couleurs inattendues.


















Nous sommes toujours les seuls occupants. L'hôtel a bien été ouvert pour nous. Heureusement la patronne ne fait aucune difficulté pour nous recevoir une nuit de plus.

Ce sera une journée de promenades et découvertes nonchalantes. Le petit cimetière, quelque peu encombré, ne révélera aucune inscription tombale portant le patronyme « Udrea » Et une gentille secrétaire de mairie, ne trouvera pas non plus de trace « résiduelle » de présence de la famille Udrea. Il est probable, qu'à l'image de ses enfants, mon père était plutôt du genre vibrion !

Mais, comme évoqué plus haut, Nucsuoara possède ses intérêts touristiques intrinsèques.

<-Autels

Ruches mobiles ->





Maisons pleines de charmes, souvent neuves et très coquettes, paysannes en fichu, petits autels ou oratoires abrités dans des cabanes couvertes de  peintures naïves (La Transylvanie en recèle une quantité invraisemblable à chaque coin de rue ou de route, et nombreuses sont les personnes qui se signent en passant devant.


En sortant du village on tombe sur une zone de vergers qui semble sans fin. Nous y découvrons d'astucieux supports pyramidaux assemblés à partir de piquets de bois, qui, nous le découvrirons plus tard, sont utilisés comme bases de meules de foin. Nous en notons les modèles, bien décidés à construire les mêmes à Tauriers !






En plein champs des camions supportent des boîtes colorées empilées. Nous en avions déjà vu les jours précédents, pensant, sans certitude, qu'il s'agissait de ruches « mobiles » Nous en avons désormais la confirmation.




L'après midi se poursuit par la « fêtes des enfants »





Maison commune











successions de jeux, de danses et chants interprétés par des gamins en costumes folkloriques dans la cour de la « Maison Communale » Ces maisons, probable héritage (ils ne sont pas tous négatifs!) de l'ère communiste se trouvent dans la moindre localité. Celle-ci héberge, entre autres, une bibliothèque fournie mais dont le classement va nécessiter encore quelques efforts.

Samedi et Dimanche

Après une deuxième nuit, vraiment réparatrice cette fois et un dernier « mic-dejeun » sur notre terrasse privée nous voilà repartis en direction de Sibiu. En fait nous visons xxxx, ville moyenne où il existe une gare routière conséquente. Pour cela il faut attraper un bus sur la « grande » route, 3 km plus bas. Avec la gentillesse naturelle des Roumains notre hôte refuse de nous voir partir à pied et sort sa voiture pour nous déposer au plus proche arrêt de bus.

Tout se déroulera comme prévu.... l'heure prévue un minibus surgit des profondeurs de la campagne et nous dépose à Pitesti, d'où après une courte attente « déjeuner » nous trouverons un nouveau bus pour Sibiu, l'une des grandes villes de Transylvanie.

Sibiu sera atteinte en fin de journée, au terme d'une alternance de traversées de paysages agrestes, vergers et pâturages, et de reliefs plus sauvages comme les gorges profondes de la rivière Ost.









Comme à l'habitude, une belle pluie d'orage sera là pour nous aiguillonner lors de la recherche d'un hébergement... On en a vu d'autres... Nous trouverons....


Que dire de Sibiu. C'est encore une belle ville de Transylvanie, riche de culture et d'animation estudiantine, un bel ancien centre ville moyenâgeux d'origine allemande, un peu comme Brasov.... Alors quelques photos....Cherchez quand même le gag estudiantin......
























































Le lendemain ce sera de nouveau bus.... Pour … Cluj Napoca (comme cela se prononce!!!) d'ou nous comptons attraper un train de nui afin de passer complètement à l'est en direction de la Moldavie pour aller admirer églises et monastères peints...