Dimanche 2 au lundi 3 juin 2013

Cluj-Napoca.

Il nous a bien fallu une journée pour arrêter de ricaner comme des demeurés en prononçant le nom (Cluj se prononce Kluk) de cette énième deuxième cité de Roumanie. Comme ses « consoeurs » Sibiu, Brasov.... C'est également une ancienne cité germanique, ce que confirme l'architecture «solide » et assez rationnelle de certaines maisons et surtout des remparts résiduels.

Ce paysage urbain ressemble donc à celui de Sibiu, et nous ne sommes pas désorientés. En revanche la cité développe deux autres caractéristiques, déjà présentes dans les villes précédentes, mais beaucoup plus marquées ici.




Cathédrales.....


















Tout d'abord l'incroyable profusion d'installations hospitalières et médicales. Dentistes, cliniques, pharmacies, maisons de soins, toutes arborant des publicités à qui mieux mieux. On peut même en découvrir sur les paliers de certains hôtels. Nous n'avons pas réellement creusé la question, mais il est évident que cette abondance dépasse les besoins locaux. Nous en concluons donc qu'il doit s'agir d'une implantation destinée au « tourisme médical »





Fac spéleo














Ensuite Cluj est aussi une ville universitaire. Dans le centre et en première couronne, on découvre à chaque coin de rue universités, facs, écoles publiques et privées. Bien sûr pour faire lien avec ce qui précède, des facs de médecine, pharmacie, …. Mais aussi une étonnante (ce serait la seule en Europe) fac de.... Spéléologie...

Cette présence universitaire confère aux déambulations en ville un caractère très relaxant. Beaucoup d'étudiants devisant, vélos, cafés.... Une agréable ambiance quartier latin, avec (un peu) moins de touristes.

De surcroît notre arrivée coïncide avec la tenue du festival international de cinéma de Cluj, ce qui ajoute au caractère culturel des promenades : manifestations, conférences, écrans géants diffusant des extraits de la programmation, y compris une surprenante tournée de Patricia Kass chantant Edith Piaf.




Hommage (discret et léger) à Martial le héros local










Pour ne pas être en reste nous ajouterons à nos déambulation la visite du musée ethnographique de la ville, assez bien documenté en anglais, exposant de nombreux outils, accessoires et vêtements utilisés par les paysans de la région lors des deux ou trois derniers siècles. Dans un coin un étonnant bloc d'aluminium usiné, découvert au milieu d'un gisement d'ossements néandertaliens, présence anachronique qui a, on le comprend, beaucoup troublé les archéologues.

Une autre caractéristique, commune celle-ci avec les autres villes visitée, est l'omniprésence des différentes confessions chrétiennes à travers une pléthore d'églises et de cathédrales. Catholiques, Catholiques Grecques, Orthodoxes, Réformées..... Un vrai catalogue. Les roumains sont d'ailleurs très pieux et passent leur temps à se signer de toute les façons possibles.

Comme à Sibiu, il est agréable de flâner dans les rues, découvrant de jolies maisons colorées, une immense cathédrale, des bâtiments parfois mastocs, parfois kitchs, toujours intéressants, lorsqu'ils ne sont pas masqués par la forêts de fils électriques aériens, câbles de tram et trolleybus.... Embrouillamini presque Indien !

Arrivés sous une pluie battante, nous repartirons presque de même pour une assez longue traversée d'ouest en est en train de nuit en direction de la province de Bucovine, après bien sûr de nouvelles expériences culinaires locales.

Ciorba et Polenta













Nuit calme, seulement marquée par la disparition de mon opinel, très probablement subtilisé par nos compagnons de compartiment, un couple âgé.... Nous sommes décidément marqués !!!



lundi





Monastere Galata











Nous arrivons à Iasi, capitale de la Moldavie, et....(on ne rit pas) deuxième ville du pays, sous la pluie....

Longues visites et promenades. Nous commençons un peu à saturer des séjours urbains. Toutefois nous succomberons aux démons de la marche en explorant longuement la banlieue sud où se trouvent deux jolis monastères, histoire de nous mettre en appétit pour les jours suivants.

Orage monstrueux en soirée nous obligeant à abandonner la découverte d'un, parît il excellent restaurant, pour nous replier, en taxi (ici c'est aussi modique qu'en Asie) juste en face de l'hôtel











Mardi

Départ en train pour Suceava (encore un nom qui provoque, on se demande bien pourquoi, notre hilarité)

Plus sérieusement ce sera une base de départ pour plusieurs jours de randonnées, camping au travers des villages de Bucovine à la découvertes des fameux monastères peints. Nous risquons de pas mal marcher encore, mais là les altitudes sont beaucoup plus modestes.

Prochains billets probablement plus tard car fatigue de la marche et peut être difficulté à trouver de la 3G.... Quoique on est souvent surpris : ce billet là est par exemple émis depuis le train....